Zoom sur le congé parental :
L’après accouchement

Une grossesse et une naissance sont des évènements éprouvants pour les parents et particulièrement pour la mère. La fatigue intense et les modifications du rythme de vie imposé par l’arrivée d’un enfant nécessitent un temps de repos afin de vivre pleinement les premiers mois de son enfant.

Le congé maternité

Inscrit dans les textes depuis la création de la Sécurité Social, le congé maternité permet à la mère de pouvoir cesser son activité avant l’arrivé au monde de l’enfant. Toutes les mamans savent à quel point une grossesse est éprouvante. Associée à une activité professionnelle cela peu vite devenir complexe à géré. La fatigue s’intensifie à l’approche de la naissance de l’enfant. Le fait de pouvoir cesser son activité tout en conservant une aide financière. Ce congé se poursuit ensuite au-delà de la naissance de l’enfant. Fixé à 16 semaines réparties entre la période prénatale et postnatale, dans les faits, la période prise après la naissance est d’environ 10 semaines. Cependant, le délai maximum varie en fonction du nombre d’enfant à naitre. Ainsi que du nombre d’enfant déjà présent au foyer. A noter qu’il existe de nombreux cas particuliers pouvant justifier de l’attribution d’indemnités supplémentaires. L’état de santé de l’enfant ou de la mère étant les principales causes pour lesquelles l’organisme de santé peut accorder un droit supplémentaire. Par la suite une autre solution s’offre aux parents qui remplissent certaines conditions, pour rester auprès de leur enfant : le congé parental.

Le congé parental

La Caisse d’Allocation Familiale propose une aide aux mamans (ou aux papas), le congé parental. Il s’agit d’une durée pendant laquelle le parent peut bénéficier d’une prestation répondant au nom de Complément de Libre Choix d’ Activité. Des conditions sont fixées afin d’obliger les personnes désireuses de prendre ce type de congé à avoir précédemment exercé une activité professionnelle suffisante. Selon le nombre d’enfant présent au foyer, une durée de cotisation à l’assurance vieillesse est demandée sur une durée plus ou moins longue. Cette durée s’apprécie sur la période avant la naissance de l’enfant. La durée de ce congé parental varie également en fonction du nombre d’enfant et du nombre d’enfant né d’une même grossesse. Le droit est alors de 6 mois pour un premier enfant, 3 ans maximum à partir du second et 6 ans en cas de naissance de triplés. A noter une particularité dés lors qu’il y a au moins 3 enfants présents au foyer, la possibilité de prendre un Complément Optionnel de Libre Choix d’Activité. Sa durée est plus courte (limitée au 1 an du dernier enfant) mais sa rémunération est plus importante. Ce choix assez rare satisfait souvent les travailleurs indépendants ou les personnes qui ne désirent pas s’absenter longtemps de leur emploi. Une fois la question de la durée résolue, il faut prendre en considération le montant de l’indemnité servie par la CAF. 3 possibilités s’offrent au parent désireux de bénéficier de l’aide. Celle correspondant au fait de cesser totalement son activité, de la réduire à un mi-temps ou encore celle de réduire le temps d’activité d’au moins 20%. Ces montants sont revenus chaque année et permettent ainsi aux parents de pouvoir profiter pleinement de l’arrivé d’un enfant tout en conservant un revenu minimum.